Pompe de forage immergée : comment la choisir ?

Pratique

Trois critères essentiels doivent être pris en compte pour le choix d’une pompe de forage immergée : tout d’abord, la nature de l’eau à pomper (eaux pluviales, d’inondation, de source…) ; ensuite, la hauteur de refoulement (exprimée en Mètres de Colonne d’Eau, MCE) ; enfin, le débit (exprimé en mètres par minute).

Les eaux à pomper

pompe immergée forage
Source : https://www.technipompe.fr/

Si vous envisagez de faire l’achat d’une pompe de forage immergée, c’est sans doute que vous venez d’investir dans une citerne ou un réservoir. La question qui se pose est donc de savoir quelles eaux y seront stockées. Elles pourront être de deux types : soit des eaux claires, c’est-à-dire provenant d’une nappe d’eau souterraine comme une source, ou des eaux de pluie ; soit des eaux usées, issues d’une inondation, ou d’activités industrielles ou agricoles. Dans le premier cas, une pompe dotée d’un passage granulaire inférieur à 5 mm sera suffisante pour filtrer les impuretés mais, dans le deuxième, il faudra opter pour une granulométrie entre 10 et 20 mm.

Hauteur de refoulement et débit

Le calcul de la hauteur de refoulement est essentiel pour acquérir une pompe immergée pour puits en mesure d’amener l’eau jusqu’à son point d’évacuation. En réalité, la hauteur de refoulement consiste dans la dénivellation entre le point de rejet et la pompe. Pour effectuer un calcul précis, il est également nécessaire de tenir compte des inévitables pertes de charge. Enfin, le débit, soit la quantité d’eau qui pourra être pompée chaque minute, est lié à la profondeur d’immersion de la pompe. Plus celle-ci est importante, moins le débit de surface sera élevé.

Written by Loane